Première méthode au monde pour accélérer la découverte de médicaments contre une maladie meurtrière

01-03-2017

Des chercheurs de la Flinders University explorent des tests novateurs et simples afin de capterdes signaux de la Maladie des Motoneurones (Motor Neuron Desease - MND, un autre terme pour déterminer la Sclérose Amyotrophique Latérale - SLA) chez leurs patients.

Le test urinaire non invasif a le potentiel d'accélérer la recherche mondiale pour développer de meilleurs traitements, voire un remède, de cette maladie neurodégénérative mortelle.

Le test, actuellement en développement continué à l’Université de Flinders et à l’Université de Miami, sera utilisé lors des essais cliniques visant à trouver des médicaments améliorés pour la SLA.

Le test mesure un biomarqueur protéique clé dans l'urine des patients atteints de SLA à mesure que la maladie progresse. Les résultats prometteurs ont été publiés dans le journal international de haut niveau, Neurology, le journal médical de l'American Academy of Neurology.

A l'heure actuelle il n'existe pas de biomarqueur pharmaco-dynamique validé pour la SLA.

MND, Centre, Neuroscience


Le Dr Tim Chataway, Vyoma Modi, Michell Cardoso et le Dr Mary-Louise Rogers, à droite, au Laboratoire MND et Recherches Neurotrophiques de la Flinders School of Medicine.

Un examen régulier et abordable des symptômes pourrait mener à un traitement amélioré et à de meilleures interventions, explique le Dr Mary-Louise Rogers, chercheur principal du Centre de Neuroscience à l’Université de Flinders.

« Un test urinaire standardisé et facile à exécuter pourrait être utilisé comme biomarqueur plus précis de la prévision et de la progression dans des essais cliniques », dit le Dr Rogers. « Ceci accélérera le progrès vers une identification plus rapide de traitements améliorés pour la SLA et sauver du temps et de l'argent en excluant plus rapidement les médicaments moins efficaces ou même inefficaces. »

« Et à l'avenir il pourrait également être utilisé pour le dépistage de signaux précoces de la présence pré-familiale et de la progression de la SLA. Ou il pourrait remplacer les questionnaires classiques, conçus pour le dépistage régulier de la progression de la maladie ou l'efficacité de médicaments pour les cas de SLA existants. »

Le protéine urinaire protein75ECD est actuellement le seul biomarqueur destiné à l’évaluation de la progression de la maladie, à base de fluides biologiques.

Il n'existe pas de remède contre la SLA, une maladie qui cause systématiquement la mort des motoneurones ou cellules nerveuses qui contrôlent les mouvements musculaires.

Chaque jour deux Australiens sont diagnostiqués de SLA et deux personnes en meurent. Avec les presque 1.500 patients actuels, les frais de santé publique de cette nation s'augmentent annuellement de plus de $1,9 milliards (Deloitte Access Economics, 2016).

L'étude comparative de systèmes de dépistage de patients « oui ou non » atteints de SLA pendant la période des six dernières années a été réalisée au Flinders University Centre for Neuroscience par Stephanie Shepheard et son superviseur, le Dr Mary-Louise Rogers.

 

Traduction : André De Laet

Source : HealthCanal

Share