Le traitement expérimental d’un infarctus du cerveau peut être promettant pour les personnes atteintes de SLA

25-03-2014

Los Angeles, Californie (États-Unis),

Les neuroscientifiques de la Keck School of Medicine de l'Université de Californie du Sud (USC) ont trouvé une pièce manquante dans la lutte contre la SLA, une maladie neurologique dévastatrice qui prive les gens de contrôle des muscles. Les résultats sont publiés dans l'édition en ligne du 3 Mars, 2014 dans les Actes de l'Académie nationale des sciences des États-Unis d’Amérique, la revue scientifique officielle de l'Académie nationale des sciences des États-Unis.


Image: Une image fluorescente de cellules de la partie neuro-vasculaire de la moelle épinière d’une souris. On distincte les neurones moteurs (vert), les vaisseaux sanguins qui contiennent des péricytes (rouge) et les cellules endothéliales (bleu). Winkler et autres (2014), ont montré la rupture des vaisseaux sanguins, ce qui accélère les dommages aux neurones moteurs dans la SLA. (Image avec l’autorisation d’ Ethan A. Winkler et Berislav V. Zlokovic / USC)

« Nous savons qu’aussi bien chez des humains que chez les animaux transgéniques avec SLA qu’il est question d’anomalies spontanées au cordon barrière hémato -spinal, mais comment ces lésions microscopiques affectent le développement de la maladie n'est pas encore clair », a déclaré Berislav V. Zlokovic, MD, Ph.D., qui dirige l'étude et est directeur de l'Institut Neurogénétique Zilkha à l’USC. « Dans cette étude, nous montrons que chez les souris, la perte de neurones moteurs dans les premiers stades de la maladie est en proportion avec le degré d’endommagement ducordon barrière sang - moelle et que la réparation de cette barrière ralentit le déclin des neurones moteurs. Nous espérons que nous pouvons appliquer ces constatations, dans des le mécanisme des maladies similaires chez des humains. »

Lors de l'examen Zlokovic et ses collègues ont découvert qu'un médicament expérimental, qui est à l'étude pour des personnes avec un infarctus cérébral, semble protéger la barrière- moelle épinière et l'affaiblissement et de ralentir la dégénérescence des neurones moteurs. La méthode (une protéine C activé analogique, nommé 3K3A - APC) a été développé par ZZ Biotech, la société de biotechnologie nouvellement créé par Zlokovic.

Dans la SLA les neurones moteurs sont endommagés, les cellules qui dirigent les muscles. La dégénérescence progressive des neurones moteurs conduit à une paralysie et des difficultés à respirer, manger et avaler. Selon l'Association SLA, environ 15 personnes aux États-Unis sont diagnostiqués de la SLA tous les jours, et on estime que 30 000 personnes vivant aux États-Unis ont la SLA. La plupart des gens sont touchés par la maladie entre les âges de 40 et 70 ans, avec un âge moyen de 55 ans au moment de la diagnose. L'espérance de vie des patients atteints de SLA est de deux à cinq ans après le développement des premiers symptômes.

À propos de la cause de la SLA il existe encore beaucoup d’incertitude, et il n’y a pas encore un médicament contre la maladie. Le seul médicament approuvé, Riluzole, peut prolonger la vie que de 2 à 3 mois. Cependant, il existent des appareils et des thérapies qui aident les patients à vivre avec les symptômes afin qu'ils puissent possiblement continuer à fonctionner de manière indépendante et qui peuvent prolonger leur vie.

L'équipe de recherche internationale comprenait des scientifiques de l'Institut Scripps Research, à l'Université de Rochester Medical Center, West Hospital Chine de l'Université du Sichuan, et l'Institut Ludwig pour la recherche sur le cancer de l'Université de Californie, San Diego. La recherche a été soutenue financièrement par l’Association de la SLA (1859) et les National Institutes

 

Traduction : Ghislain d’Amour

Source: Keck School of Medicine of USC

Share