Anti-NOGO-A Ozanezumab

19-06-2014

Ozanezumab de GlaxoSmithKline pourrait faire plus qu'aider à reconnecter les neurones moteurs aux fibres musculaires chez les personnes avec SLA selon de nouveaux résultats présentés par l'Université de Californie – Los Angeles School of Medicine par Thomas Carmichael MD PhD à l’AAN (American Academy of Neurology) 2014.

Le bloqueur de Nogo-A pourrait stimuler les populations d’ oligodendrocytes – les principales cellules de soutien pour les neurones moteurs qui semblent être perdus chez les personnes atteints de SLA.


Trop d’astrocytes? Ozanezumab de GSK pourrait augmenter le nombre d’oligodendrocytes – aidant le ravitaillement des neurones moteurs chez des personnes ayant SLA. Image : Paul Tesar PhD Case Western Reserve University.

Lorsque les neurones malades émettent un SOS, les populations de précurseurs d'oligodendrocytes se développent pour aider à les réparer.

Mais selon des études précliniques menées par Carmichael, ces précurseurs sont incapables de se transformer en ces cellules de soutien vital – au moins après avoir subi un accident vasculaire cérébral.


En plus, ce blocage de la différenciation, selon l'analyse de RNA seq, semble être dû à l'augmentation des niveaux de la protéine Nogo-A, un obstacle clé dans la réparation des neurones endommagés ou malades.

Le traitement avec l'inhibiteur de Nogo-A, le NgR OMNI-Fc, augmente le nombre d’oligodendrocytes matures entourant les neurones endommagés par 4 dans un modèle murin d'accident vasculaire cérébral. Et, selon une analyse préliminaire, semble accélérer la réhabilitation et la relance.

Les précurseurs d'oligodendrocytes, appelés cellules NG2 +, sont les mêmes cellules qui s'accumulent dans la SLA – au moins dans un modèle de souris SOD1 G93A de la maladie.

« Le récepteur Nogo pourrait détecter les dommages – limitant ainsi la réparation, » dit Carmichael.

Les oligodendrocytes semblent être une source d'énergie d'urgence clée pour les neurones selon un nombre croissant d'études dirigés par Klaus-Armin Nave PhD du Max Planck Institute of Experimental Medecine. Et, leur perte semble contribuer à l'apparition et la progression de la maladie selon des études précliniques menées par Johns Hopkins University School of Medicine de Jeffrey Rothstein MD PhD.

Un essai clinique de phase II d'ozanezumab est en cours. L'étude se déroule dans 11 pays en Asie, Europe et Amérique du Nord. Près de 300 personnes avec SLA y participent.

Les premiers résultats pourraient être publiés dès la fin de 2014.

 

Traduction : Ligue SLA : Anne

Source : ALS TDI

Essais cliniques SLA - Cliquez ici

Share